Visuel
Catégorie
sciences

Sciences / Médecine / Recherche

Lorine G.

Devenir ingénieure

Présentation

Depuis que je suis petite, on dit de moi que je suis ambitieuse et avec le temps cela n'a pas cessé. Je suis déterminée et je veux réaliser mon rêve, devenir ingénieure, idéalement, dans le domaine du génie civil, du BTP ou de l'agronomie.

J'en dis plus sur mon projet

Je m’appelle Lorine, je suis actuellement en terminale S (scientifique).

Depuis l’école primaire, je préfère les sciences aux matières littéraires. C’est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers un BAC scientifique.  Après avoir participé à des projets scientifiques et des concours nationaux, notamment de sciences physique, j’aimerai en faire mon métier, je veux travailler dans le domaine des sciences. Ainsi est né mon rêve : devenir une ingénieure.

Quel parcours j'envisage de faire ?

Je souhaite entrer l'an prochain en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE). L’établissement que je souhaite intégrer est le lycée Clemenceau, à Nantes, une des meilleures de France. Dans l'idéal je souhaiterai faire une prépa en PCSI (Physique, Chimie, Sciences de l'Ingénieur) ou en MPSI (Maths, Physique). Je suis passionnée de physique depuis que je suis entrée au lycée, mais les maths sont également une des matières que j'apprécie le plus.

Ensuite je souhaite entrer en école d'ingénieur, je ne sais pas encore dans laquelle, mais mon rêve est d'intégrer une école qui me permettra d’obtenir le titre d’ingénieur et ainsi de travailler dans une grande entreprise, où je pourrai avoir des perspectives d’évolution.

Pourquoi ai-je besoin de cette bourse ?

J'ai besoin de cette bourse car, si je suis acceptée en classe préparatoire, je ne pourrai pas avoir un emploie en parallèle si je veux pleinement me concentrer sur mes études. De plus, la plupart des écoles d'ingénieur sont privées et donc leur coût est assez élevé, mes parents n'ont pas de gros revenus et j'ai peur que cela soit en frein dans mes études. Cette bourse me permettrait donc de financer ma vie étudiante ainsi qu’une partie de l’école d’ingénieur que je souhaite intégrer.

Pourquoi ce projet ?

Si j’ai ce projet, c’est parce que je veux être heureuse et avoir envie de me lever chaque matin, que ce soit pour aller étudier ou pour aller travailler par la suite. J’aime les sciences et le fait que le métier d’ingénieur permette de développer un grand nombre de compétences par la diversité des missions possibles, en plus du contact humain.

Depuis combien de temps est né ce projet ?

Ce projet est né lorsque j’étais en classe de troisième, je voulais devenir ingénieure textile. Mais les années ont passé et depuis l’année dernière j’ai décidé de devenir ingénieure sans préciser dans quel domaine pour le moment. Même si j’ai déjà des pistes, je veux me laisser le temps de la prépa pour découvrir ce qui me plait vraiment. En effet, il est difficile de choisir un domaine, quand on sait que l’on va en découvrir d’autant plus pendant les deux années de CPGE.

Que pourrais-je apporter à ce projet ?

Ce que je pourrai apporter à ce projet, c’est l’ensemble des compétences que j’ai acquises par le biais des concours de physique, de l’animation et du scoutisme. J’ai appris à gérer un groupe, à mener des réunions, des recherches, des séances de travail, à planifier, à rebondir après un échec, à critiquer ses résultats, à présenter à l’oral un projet, à faire des supports visuels comme des diaporamas, des mémoires, etc. Toutes ses expériences sont essentielles pour devenir un ingénieur.

Quelles démarches ai-je déjà entreprises ?

J’ai participé à de nombreuses portes ouvertes et même immersions (en universités, école d’ingénieure et CPGE). Je participe à des concours nationaux de physique, depuis 3 ans, et j’ai même été qualifiée pour des finales, à de multiples reprises. Essentiellement grâce à la participation à des concours j’ai pu rencontrer des professeurs de l’enseignement supérieur : prépa mais aussi université. J’ai échanger avec des docteurs, des enseignants chercheurs, des chercheurs du privé et du public (CNRS, CNES) et même des ingénieurs.